Évoluez dans l'inconfort (partie 2/2)

Évoluez dans l’inconfort (partie 2/2)

La première partie de l’article est ici : Évoluez dans l’inconfort (partie 1/2)

No pain, no gain ?

L’erreur la plus courante quand on sort de sa zone de confort est de vouloir en faire trop. Et trop vite.

Combien de fois j’ai essayé de me mettre à faire des pompes… J’en faisait 301 à la suite. Mais le lendemain, j’avais tellement de courbatures que je n’en faisais pas une seule. Et j’arrêtais donc de faire des pompes.

Commencer petit

Commencer petit

Le problème est que ça ne marche pas. On ne peut pas devenir musclé en une semaine, ni apprendre le japonais en une journée. Même avec la meilleure volonté du monde, cela met du temps. Et comme c’est long, on commence par en faire beaucoup. Alors que c’est exactement l’inverse qu’il faut faire.

Commencez par faire une pompe par jour. Commencez par apprendre un mot par jour dans cette langue que vous voulez apprendre. Faites quelque chose de tellement facile que c’en est ridicule. Sortez de votre zone de confort mais d’un millimètre seulement. Comme ça vous ne pourrez pas échouer. Mais vous pourrez continuer.

Formules magiques

Pour sortir de sa zone de confort :

Faites un pas vers l’inconnu

Pour sortir de sa zone confort et ne pas atteindre sa zone de panique :

Faites un tout petit pas vers l’inconnu

De la motivation

Rechercher l’inconfort en tant que tel est sans intérêt, sauf si vous êtes masochiste2. Sortez de votre de zone de confort, pour faire quelque chose d’utile, de génial, de marrant. Quelque chose qui vous motive.

Je pourrais par exemple m’entraîner à boire un peu de mon urine chaque jour mais je n’en vois pas trop l’intérêt. À part pour ressembler à Bear Grylls de Man vs. Wild…

De même, au cours de l’évolution d’une espèce, seules les caractéristiques nouvelles ET utiles sont conservées. Avoir une troisième jambe ne nous permettrait pas de courir plus vite.

Toutefois, des caractéristiques apparemment inutiles peuvent se révéler être un avantage pour la reproduction, comme la queue des paons. Sortir de sa zone de confort pour augmenter son potentiel d’attraction peut donc être une bonne motivation.

Tirer la langue

Une dernière chose, à propos de l’apprentissage des langues : ici aussi, l’inconfort est de mise. Pour progresser, l’idéal est de trouver des supports légèrement au-dessus de notre niveau actuel.

Et il faut s’habituer à entendre des sons étranges, à parler avec un accent qui ne nous ressemble pas. De quoi bien bien agrandir notre zone de confort en se baladant dans la zone d’apprentissage !

Pour finir

À mon tour donc de vous transmettre ce conseil :

N’arrêtez jamais de progresser, de vous enrichir de nouvelles choses. Mettez-vous au bord de votre zone de confort. Faites un pas vers l’inconnu, un tout petit pas. Puis un autre, jusqu’à ce que votre zone de confort soit plus grande. Et recommencez !

Acceptez un peu d’inconfort, et vous accomplirez de grandes choses !

Source de l’image : cuteoverload
_____
Notes :
1. OK, pas autant, mais vous comprenez le concept ()
2. bien que je n’ai aucun problème avec un quelconque type de sexualité ()

About these ads

2 réflexions sur “ Évoluez dans l’inconfort (partie 2/2) ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s