N’oubliez plus rien ! (partie 1/2 : répétition espacée)

Vous voulez apprendre une langue étrangère mais vous ne vous rappelez même pas de votre date d’anniversaire ? Vous devez retenir des centaines de définitions pour passer un concours mais votre poisson rouge vous bat à chaque partie de Memory? Vous voulez connaître le numéro des départements pour épater votre grand-mère? Dans ce cas, vous devriez (et par devriez j’entends vous DEVEZ absolument) découvrir cette technique géniale : la répétition espacée.

C’est grâce à cette méthode, combinée avec une bonne dose de mnémotechnique, que j’ai réussi à apprendre 2000 kanjis (caractères japonais) en 6 mois.

« Vacances j’oublie tout », un obscur groupe des années 80

Une bonne et une mauvaise nouvelle

Mauvaise nouvelle : on oublie tout naturellement. C’est une des idées à la base de la répétition espacée : le cerveau oublie généralement toute information nouvelle.

Bonne nouvelle : on peut mettre beaucoup de temps à oublier. En effet, lorsque l’on revoit plusieurs fois la même information, on met plus de temps à l’oublier de nouveau.

Ce principe a été décrit pour la première fois par un psychologue allemand du nom d’Ebbinghaus. Ce dernier testait sa mémoire en apprenant des suites aléatoires de trois lettres. Il notait le nombre de mots retenus, en fonction du temps écoulé. En traçant ces données, il obtint ce qu’il appela la « courbe de l’oubli », une exponentielle décroissante. Il remarqua un phénomène intéressant : des révisions régulières lui permettait de retenir plus longtemps les informations.

graphique représentant des courbes de l'oubli, selon que l'on révise ou non

La répétition espacée consiste donc à réviser plusieurs fois la même information, à des intervalles de temps de plus en plus éloignés. Au début, on révise les informations, tous les jours, puis tous les 5 jours, tous les mois, et ainsi de suite jusqu’à ce que l’intervalle avant la prochaine révision soit supérieur à votre espérance de vie. À ce moment-là, vous devriez normalement connaître l’information pour toujours !

Par où commencer ?

Si vous voulez apprendre des choses en utilisant la répétition espacée, vous devez tout d’abord vous équipez d’un SRS (spaced repetition system). Un SRS est constitué de deux éléments :

  • Un paquet de cartes mémoires (flashcards). Chaque carte a une face « question » et une face « réponse ». Par exemple, dans mon paquet de kanji, j’ai 2000 cartes avec d’un côté le mot clef en français, et de l’autre le kanji correspondant.
  • Des boîtes où sont stockées ces cartes. Elles servent à classer les cartes selon l’intervalle de temps qui s’écoulera avant la prochaine révision. En effet, à chaque question, le SRS vous demande si vous avez eu du mal à répondre. Si la question était difficile, elle vous sera reposée très prochainement. Au contraire, si la réponse était évidente, la carte réapparaîtra dans plus longtemps. Grâce à cela, vous consacrez un temps réduit au révision, pour un maximum d’efficacité.

capture d'écran du logiciel SRS Anki

Si vous êtes un bricoleur, vous pouvez fabriquer vos cartes avec du bristol et des boîtes pour les stocker. Mais attention car se promener avec 2000 cartes et 12 boîtes peut parfois être un peu compliqué.

Si vous avez un ordinateur ou un smartphone (ce qui est assez probable si vous lisez cet article), ils existent de nombreux logiciel très efficaces. Pour ma part, j’utilise principalement deux SRS :

  • Anki — un logiciel multiplateforme (Windows, MacOS, Linux et Android) gratuit et synchronisable en ligne. Et framboise sur le gâteau (je déteste les cerises), vous pouvez télécharger des paquets partagés par d’autres utilisateurs.
  • kanji.kohee — un SRS en ligne, uniquement destiné à l’apprentissage des kanjis.

Action !

Vous en savez un peu plus sur la répétition espacée. Alors téléchargez un des logiciels de SRS ou fabriquez vos cartes mémoires pour apprendre des milliards de choses (au moins) ! Utilisez ce merveilleux outil pour apprendre tout ce qui vous semble utile, amusant ou intéressant. Votre cerveau n’est pas (plus ?) une baignoire percée. Vous avez maintenant le pouvoir de retenir n’importe quoi, pour toujours. Épatez votre grand-mère, apprenez le nom des capitales pour vous la péter dans les soirées chiantes, ou bien mémorisez le nom de tous les dynasties de pharaons pour essayer de choper cette nana égyptologue (ça ne marche pas, j’ai essayé). Bref, vous avez désormais un vrai super pouvoir !

La seconde partie de cet article parlera d’un autre concept très utile pour apprendre efficacement et rapidement : la mnémotechnique. À suivre.

EDIT 25/11/2012 : la deuxième partie est ici.

EDIT 11/12/2012 : les poissons rouges ont de la mémoire.

Publicités

6 réflexions sur “ N’oubliez plus rien ! (partie 1/2 : répétition espacée) ”

  1. Bon bah, j’ai hâte de lire la suite! Evidemment tout ça je le savais déjà (j’ai rencontré un type en stage qui m’a expliqué tout ça..), mais mention spéciale pour le « framboise sur le gâteau » qui a retenu toute mon attention, j’adoooore les framboises..! *__*

  2. J’ai commencé le japonais à distance l’année de mes 15 ou 16 ans et arrêté faute de temps celle de mes 17. Du coup, entre temps, beaucoup de choses sont passées aux oubliettes…merci pour ces astuces, je comptais justement m’y remettre !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s