Arrêter pour un jour, ou pour toujours ?

J’ai un ami qui buvait trop. Pas en trop grande quantité, mais trop régulièrement. Il a arrêté la semaine dernière. Quand on a parlé de sa décision il m’a dit  : « La difficulté, ce n’est pas d’être sobre aujourd’hui, ou même toute la semaine. C’est de me dire que je ne pourrais plus boire de toute ma vie. »

Je lui ai répondu : « Dans ce cas n’arrête pas pour toute ta vie. Arrête de boire seulement aujourd’hui. Et recommence demain. Et après-demain… »

Si vous avez une addiction, réduire votre consommation est souvent temporaire, donc inutile. Il vaut mieux alors arrêter purement et simplement. Et pour toujours. Je le savais quand j’ai arrêté de fumer il y a 6 mois. Certaines personnes sont capables de fumer occasionnellement. Pas moi.

« Jamais plus jamais », Sean Connery

Une idée angoissante

« Ne jamais recommencer. » « Arrêter pour toujours. » Tout le problème vient de là. Les concepts de « jamais » ou de « pour toujours » ne sont pas faciles à embrasser pour nos petits cerveaux d’hominidés. Trop grands. Trop absolus. Quand j’y pensais avant mon sevrage tabagique, j’étais comme mon ami : prêt à arrêter une journée, voire une semaine. Mais arrêter pour toujours, non ! Cette pensée était oppressante, décourageante.

Deux choses me sont alors revenues en tête :

  • Utiliser le timeboxing — découper son temps en petits morceaux pour mieux se concentrer.
  • Vivre dans le présent — rester zen, en mettant de côté tous ces problèmes hypothétiques qui n’existeront sans doute jamais.

Un jour + un jour + … + un jour = toujours !

La solution était là. Une vie n’est finalement qu’une succession de jours. Donc au lieu de penser à cette durée (le « toujours ») qui semble infini, essayez d’envisager une nouvelle habitude comme une multitude de choix élémentaires. Au lieu d’arrêter pour toute la vie, arrêtez aujourd’hui. Et puis peut-être aussi demain. Mais demain c’est déjà beaucoup trop loin !

Certes, cela revient finalement au même d’arrêter pour toujours ou d’arrêter juste pour une journée et de répéter l’opération le lendemain, et les jours suivants. Mais en pensant seulement au jour qui s’écoule, on trompe subtilement son cerveau (*rire diabolique*). Le caractère angoissant associé à la privation disparaît, puisque finalement, ce n’est que pour une journée, et une journée ce n’est pas grand chose.

Un peu de magie

Donc la prochaine fois que vous voulez arrêter une mauvaise habitude, ou bien en démarrer une bonne, utilisez la formule suivante (magique, ultrasimple et efficace) :

  1. Le premier jour. J’arrête de ___ / je commence à ___ , pour la journée.
  2. Les jours suivants. Je répète l’étape précédente.

Bonus : un jour, l’ancienne addiction disparaît (ou la nouvelle habitude est ancrée). À ce moment-là, même plus besoin de penser à la journée en cours. Vous pouvez donc recommencer, et par exemple arrêter le sucre dans votre café, ou apprendre un nouveau mot en japonais par jour ! À vous de jouer !

Publicités

4 réflexions sur “ Arrêter pour un jour, ou pour toujours ? ”

  1. Le trop, le peu gate le jeu. Ainsi, l’on peut aussi combattre l’idée du manque et de la frustration.
    Ici les mots arrêter; addiction; habitude; toujours; jamais; magique; ultrasimple et efficace montrent un nouveau paradigme qui découvre notre peur cachée dans un conformisme de mise.
    « Les plaisirs de l’existence, multiples, varient selon les individus et selon leur éducation. Les penseurs hédonistes ont orienté leur vie en fonction de leurs dispositions propres, mais on retrouve des thèmes communs : l’amitié (thème cher à Épicure), la tendresse, la sexualité libre, les plaisirs de la table, la conversation, une vie constituée dans la recherche constante des plaisirs (cf. Le Gorgias de Platon), un corps en bonne santé. On peut aussi trouver la noblesse d’âme, le savoir et les sciences en général, la lecture, la pratique des arts et des exercices physiques, le bien social… » dixit WIKI;
    Boire et fumer ne sont pas bons pour la santé?
    Buvons donc et fumons selon sa propre capacité à supporter ce mal nécessaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s