Vivre avec 100 objets (ou plus)

Tous le monde sait que ce n’est pas la taille le nombre d’objets qui compte. Mais quand les médias parlent de minimalisme, seules les personnes vivant avec moins de 100 objets les intéressent. Et pour cause, un article intitulé « Si vous deviez ne vivre qu’avec 100 objets » est plus accrocheur que « Si vous deviez choisir 1337 objets ».

Dave Bruno et son 100 Thing Challenge y sont pour beaucoup. Son défi de vivre avec 100 objets a été relevé par un grand nombre de blogueurs anglophones et francophones. Il a même été relayé par le Time Magazine. Il semble désormais que c’est à celui qui possède le moins d’objets : « Je vis avec 15 objets et je respire 125L d’air par jour »

Compter ses objets ?

Cependant, comme Joanne Tatham, je pense que le nombre d’objet n’est qu’un aspect secondaire du minimalisme.

Certes, cela peut servir de déclic : vous comptez vos paires de chaussures et vous vous apercevez que vous en possédez plus qu’il n’y a d’étoiles visibles depuis la Terre. Le choc ! Et vous décidez donc de vous limiter à 14 paires (une par mois, une pour les mariages, une pour les enterrements). Dans ce cas, le comptage prend tout son sens.

Mais compter tous ses objets et essayer de se limiter à 100 me parait compliqué et chronophage.

Quelle méthodologie utiliser ?

En effet, comment compter les objets que l’on a ? Ceux que l’on utilise ?

  • Grouper ou séparer ? Pour arriver à 100 objets tout pile, la plupart des gens groupent leurs objets. Par exemple, « toutes mes chaussettes ne comptent que pour un objet »  ou bien « tous mes vêtements ne comptent que pour un objet ». Est-ce que je dis que « tous mes objets ne comptent que pour 100 objets » je suis un vrai minimaliste ? A contrario, comment faire pour les choses composées de plusieurs pièces. Dois-je compter séparément les roues, les pédales et la selle de mon vélo? Le nombre d’atomes en ma possession ? Je deviendrais « l’homme qui vit avec 1,38E23 moles ». Pas très vendeur comme titre…
  • Les objets partagés ? Un autre biais fréquemment observé est de ne pas compter ce qui est utilisé par tout le monde dans ma maison. Pas de chance si vous vivez seul ! Vous êtes moins minimaliste que les autres.
  • Les consommables ? Enfin, les biens consommables sont systématiquement retirés du décompte. Peut-être parce que posséder 3 rouleaux de PQ est moins glamour qu’avoir un iPhone. Mais dans ce cas, pourquoi ne pas négliger ses vêtements ? Ce sont également des produits « consommables ».

Simplifier

Chercher à compter ses objets à tout prix n’a pas de sens. Cela mène à des débats sans fin pour savoir ce qui doit être comptabilisé. On perd de vue l’essence du minimalisme : vivre avec moins de choses, pour avoir une vie plus simple, plus belle et plus facile. Le temps que l’on perd à compter pourrait être consacrer à d’autres choses plus importantes : assister à des concerts ou passer du temps avec sa famille. Mais je pense que les gens qui vivent avec 100 objets le savent.

En résumé

Côté obscur

  • Perte de temps — Tout le temps où vous comptez, vous pourriez le consacrer à faire du tri : – 7 en gestion du temps
  • Perte de sens — Vous focalisez sur un seul point, sur la partie immergée. Pour moi, être minimaliste, c’est surtout se poser des questions sur ce que l’on possède : -9 en réflexion
  • Biais méthodologiques — Vous êtes obligé de faire des comptes d’apothicaire pour arriver à 100 objets : – 12 en simplicité
  • Esprit de compétition — Le minimalisme n’est pas le concours de celui qui possède le moins d’objets. De toute façon, si c’en était un, vous auriez déjà perdu (l’artiste Michael Landy a détruit tous ses objets en 2001) : game over !

Côté clair

  • Clarté du message — Niveau communication, c’est plus simple de dire « Je vis avec 100 objets » plutôt que « Je vis avec un nombre indéfini d’objets mais tous sont utiles » : +14 en communication
  • Objectif mesurable — Pour qu’un objectif soit atteignable, il doit d’abord être mesurable. Et c’est plus motivant d’avoir un but clair et précis : +9 en motivation
Publicités

5 réflexions sur “ Vivre avec 100 objets (ou plus) ”

  1. Comment faire connaitre le minimalisme sans tomber dans les articles les plus extrêmes ? Difficile 🙂
    De plus, les médias classiques, presse et tv, ont un traitement de l’information uniquement sensationnaliste : donc on tombera dans le cliché.
    Merci pour ce billet.

  2. Effectivement, essayer de compter ses possessions seraient fastidieux (surtout dans mon cas, ancienne acheteuse compulsive). Je pense qu’il faut prendre ce sujet selon les besoins de chacun : pour moi, le mieux serait de pouvoir lister nos propres besoins essentiels, sans tomber dans l’extrême. Que me faudrait-il dans mon séjour? Un canapé, une table basse, un meuble télé, une télé et … quelques coussins pour le confort, choses qui pourraient être considérées comme superflu pour certains mais essentiels pour moi. Et non, je ne m’en débarasserai pas parce que pour être minimaliste, on ne doit vivre qu’avec 100 objets… Chacun son « minimalisme » 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s