minima-liste : photographes minimalistes

Pour ce mois d’avril, ne vous découvrez pas d’un fil. Mais découvrez plutôt la photographie minimaliste japonaise à travers cette minima-liste rédigée avec plein d’amour et de photos, par Sue-Elie Andrade-Dé, une de mes meilleurs potos. N’hésitez pas à aller faire un tour sur son blog ou à la suivre sur Twitter.
Article invité, par Sue-Elie Andrade-Dé .

Je commencerais cette minima-liste avec Hiroshi Sugimoto, un photographe conceptuel dont Fred et moi avons fait la connaissance lors d’une rétrospective à Berlin à la Neue Nationalgalerie en 2008.

Ce photographe Japonais né à Tokyo en 1948 est un peu un maître en la matière. Tous ses sujets, d’un minimalisme quasi mystique, nous invitent à la méditation. Au travers d’images (presque toujours) en noir et blanc d’une qualité technique irréprochable, mais surtout d’une grande beauté silencieuse, Hiroshi Sugimoto nous fait voyager dans le temps et l’espace photographique.

Sa magnifique série Seascapes est une délicieuse invitation à la contemplation.

Bodensee-Uttwil-Hiroshi-Sugimoto-1993-2010

sugimoto_2_b

index

Pour continuer cette minima-liste, je souhaiterais vous présenter le travail d’un de mes photographes préférés, lui aussi japonais (à croire qu’ils ont un don pour le minimalisme), Masao Yamamoto.

Contrairement à Hiroshi Sugimoto, dont le travail se présente sous forme d’immenses tirages encadrés, le minimalisme de Masao Yamamoto se trouve aussi bien dans la forme que dans le fond. En effet, ses photographies excèdent rarement le format 10×15 cm appelant ainsi le regardeur à se rapprocher pour plonger dans une relation presque intime avec les photographies. Lors de ses expositions, il présente ses images miniatures sous la forme de constellations mises au mur méthodiquement et composant ainsi de véritables poèmes visuels

1529_MASAO_YAMAMOTO

masao-yamamoto-e5b1b1e69cace6988ce794b7-3

masao-yamamoto-e5b1b1e69cace6988ce794b7-6

Enfin, laissez moi vous parler d’une femme cette fois-ci, et qui, de plus, photographie en couleur: Rinko Kawauchi (et oui décidément, même en photographie, le minimalisme est japonais ! ).

Son travail est une ode au quotidien. Elle photographie tout ce qui se présente à elle, transformant le banal en poésie lyrique.

En effet, Rinko est un peu une magicienne, avec sa palette de couleurs pastels, elle parvient à transformer n’importe quel évènement, même tragique (comme la mort par exemple), en une image douce et sereine.

Ses livres sont d’une beauté rare.  Je vous conseille vivement de vous procurer Cui cui (publié chez FOIL) paru en 2005, et son dernier livre Illuminance (publié chez Aperture), pour prolonger le plaisir (présent sur ma wish list). En attendant, vous pouvez suivre son blog ici.

Hermes_Rinko_Kawauchi4-Untitled-from-the-series-Illuminance-2011-536x540

rinko_kawauchi_05

Rinko kawauchi

Je remercie chaleureusement Fred pour cette invitation.

Vous pouvez suivre mon travail sur mon site, ainsi que mes recherches sur mon blog. À bientôt !

Publicités

Une réflexion sur “ minima-liste : photographes minimalistes ”

  1. Un grand merci pour ces présentations très poétiques qui donnent envie de s’intéresser de plus près à ces photographes et qui éveillent l’intérêt pour des œuvres qui n’auraient pas forcément attiré au premier abord mon oeil novice. 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s